Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Connexion avec Facebook

A A A A
Auteur Sujet: DANGER - Gaz De Schiste. - Enquete  (Lu 10776 fois)

Hors ligne ReflexNumerick

  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 2119
  • Sexe: Homme
  • ReflexNumerick
    • ReflexNumerick, LE BLOG
LE BLOG MIS A JOUR ...03 février 2013

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
DANGER - Gaz De Schiste. - Enquete
« Réponse #46 le: 03 juin 2011 à 15:26:54 »
erf oui.... c''st l'horreur  :( :( :( :( >:( >:( >:(
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne marc07

  • TeamArtese
  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 3148
  • Sexe: Homme
DANGER - Gaz De Schiste. - Enquete
« Réponse #47 le: 03 juin 2011 à 18:16:14 »
j'ai racheter des cartouches calibre 12 charger au gros sel, z'ont interet a courrir vite et en zigzag colere22 laugh 
ex artisan paysagiste

Hors ligne marc07

  • TeamArtese
  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 3148
  • Sexe: Homme
DANGER - Gaz De Schiste. - Enquete
« Réponse #48 le: 30 juin 2011 à 11:48:02 »
au lieu de nous faire ch*** avec l'exploitation du gaz de schiste, il ferais mieux de récuperer tout ce qu'ils brûle sur les exploitations pétrolière, c'est un scandale  colere22
arf, oui j'oubliais ya que le pognon qui compte
 
http://www.agoravox.tv/actualites/environnement/article/carbonises-les-petroliers-ennemis-30762
penser a regarder la vidéo !!
 
ex artisan paysagiste

Hors ligne marc07

  • TeamArtese
  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 3148
  • Sexe: Homme
ex artisan paysagiste

Hors ligne Deklak

  • 160 Iso
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 6895
  • Sexe: Femme
DANGER - Gaz De Schiste. - Enquete
« Réponse #50 le: 02 juillet 2011 à 15:47:42 »
J'espère aussi  ok023   mais il faut rester vigilants  evil111
Etre loin d'ailleurs c'est être ici (Ph.Geluck)

Hors ligne marc07

  • TeamArtese
  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 3148
  • Sexe: Homme
DANGER - Gaz De Schiste. - Enquete
« Réponse #51 le: 02 juillet 2011 à 17:38:06 »
ici la mobilisation est forte, 80% des voitures porte ce sigle. oui il faut garder l'oeil ouvert.
 
http://www.stopaugazdeschiste07.org/
ex artisan paysagiste

Hors ligne marc07

  • TeamArtese
  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 3148
  • Sexe: Homme
DANGER - Gaz De Schiste. - Enquete
« Réponse #52 le: 02 juillet 2011 à 17:46:57 »
Gaz de schiste en Ardeche STOP Villeneuve B - Partie 1 intro
ex artisan paysagiste

Hors ligne ReflexNumerick

  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 2119
  • Sexe: Homme
  • ReflexNumerick
    • ReflexNumerick, LE BLOG
LE BLOG MIS A JOUR ...03 février 2013

Hors ligne ReflexNumerick

  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 2119
  • Sexe: Homme
  • ReflexNumerick
    • ReflexNumerick, LE BLOG
LE BLOG MIS A JOUR ...03 février 2013

Hors ligne marc07

  • TeamArtese
  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 3148
  • Sexe: Homme
DANGER - Gaz De Schiste. - Enquete
« Réponse #55 le: 16 juillet 2011 à 18:56:45 »
copie du mail reçu de mon député que je remercie pour sa lucidité et sa prise de position:
 
Cher-e-s ami-e-s,
Vous êtes venus nombreux vendredi dernier à Saint-Sernin pour échanger sur les suites à donner à la lutte contre les gaz de schiste en France. Je vous en remercie.
J'ai reçu de nombreuses réponses à l'invitation, de personnes m'expliquant qu'elles ne pouvaient assister au débat - le mois de juin est chargé en réunions - mais qu'elles nous soutenaient plus que jamais.
J'ai donc souhaité rédiger un compte-rendu synthétique des échanges afin que les absents puissent également faire le point sur la situation.
Vous en souhaitant bonne lecture, je vous dis à très bientôt car il n'y aura pas de trêve estivale de la vigilance sur ce dossier, faites-moi confiance !
Pascal TERRASSE

 
 COMPTE-RENDU
 
 
Vendredi 24 juin, vous étiez 900 personnes à avoir répondu à mon invitation à venir débattre de la loi sur les gaz de schiste qui sera définitivement adoptée au Sénat le 30 juin prochain. L'ampleur de cette mobilisation, qui ne faiblit pas alors même que la majorité présidentielle pariait sur son essoufflement à l'approche de l'été et au fil des concessions cosmétiques, justifie pleinement la poursuite d'un combat que nous menons, citoyens, responsables associatifs et élus de tous bords politiques, en Ardèche comme ailleurs, depuis plusieurs mois.
Avant d'évoquer les suites que notre groupe parlementaire envisage de donner à son action, qui vise à interdire définitivement l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste sur nos territoires ainsi qu'au large des côtes françaises, en métropole comme en outre-mer, je souhaite remercier les députés et sénateurs qui nous ont fait l'amitié de venir, pour certains de très loin (je pense notamment à Philippe Martin et à Ségolène Royal), soutenir notre combat et échanger sur les suites, et notamment les traductions juridiques et politiques, à donner à ce mouvement citoyen.
L'éclairage apporté par Philippe Martin, qui a eu la charge de rédiger un rapport sur le sujet pour l'Assemblée nationale, et en a donc acquis au fil des mois écoulés une connaissance très précise, s'est révélé très précieux, de même que les interventions du collectif 07, de Ségolène Royal ou de Michel Teston.
Cette réunion se voulant "participative", nous avons pu, au gré des interpellations des uns et des autres, prendre pleinement conscience des angoisses et des attentes citoyennes,  face à un processus législatif complexe, dont il est difficile de saisir le fonctionnement et de mesurer les implications concrètes pour l'avenir de nos territoires.
Je souhaite donc ici évoquer en quelques mots les conclusions que je tire à ce stade de ce mouvement, ainsi que les suites que mon groupe parlementaire et les élus de tous bords politiques qui ont marché à nos côtés depuis le début de ce combat pouvons envisager de donner à cette action.
Il faut bien l'avouer, si la qualité des échanges n'a eu d'égal que l'ampleur de la mobilisation citoyenne, le combat contre les gaz de schiste est encore loin d'être gagné.
Comme l'a très bien rappelé Philippe Martin, la loi votée est très imparfaite, et nous ne saurions pas nous en contenter car elle n'apporte par les garanties suffisantes pour l'avenir. Il faut donc agir, ne pas renoncer : plus que jamais, la mobilisation citoyenne nous oblige ! Cependant, les possibilités qui nous sont offertes pour poursuivre la lutte à l'Assemblée, au Sénat ou au Conseil constitutionnel, sont assez réduites et méritent d'être évaluées avec beaucoup de prudence et de sang-froid.
Ainsi, quand on voit la mine réjouie de certains industriels lorsqu'on en évoque la possibilité, il convient de bien peser le pour et le contre d'un recours au Conseil constitutionnel : s'il nous donnait raison et censurait la loi votée, nous reviendrions à la situation antérieure aux débats, et les industriels seraient alors totalement libres d'explorer et d'exploiter les gaz de schiste comme les permis qu'ils détiennent les en autorisent. Il faudrait donc, avant de déposer un recours, s'assurer de disposer de l'opportunité de faire voter une loi immédiatement après la censure de celle-ci, ou d'obtenir un moratoire complet sur l'exploration et l'exploitation...
La situation dans laquelle nous nous trouvons est d'autant plus complexe, et l'issue d'autant plus incertaine, que se trouvent face à nous des lobbys extrêmement puissants et déterminés à faire valoir leurs arguments et à défendre leurs intérêts financiers jusqu'au bout, un gouvernement que l'on peut juger au mieux inattentif (lorsqu'il délivre des permis "à l'insu de son plein gré") ou au pire complaisant (lorsque certains membres de la majorité prêtent une oreille attentive aux lobbys), et un Etat dont les outils juridiques et les codes qui régissent les procédures de fonctionnement (notamment le code minier, qui détermine les procédures d'attribution des permis d'exploration ou d'exploitation d'hydrocarbures) sont inadaptés au monde d'aujourd'hui et à ses enjeux environnementaux, de santé publique ou techniques.
Sans mobilisation citoyenne, la majorité ne se serait certainement pas saisie du sujet si promptement. Pourtant, au vu de la loi imparfaite qui est en voie d'être adoptée, force est de constater que la pression exercée sur les élus qui - il est essentiel de le rappeler - détiennent la majorité parlementaire et donc le pouvoir de faire les lois sans tenir compte des oppositions exprimées à l'Assemblée ou au Sénat, est encore insuffisante.
La mobilisation citoyenne devra donc, au cours des semaines et des mois à venir, se poursuivre, jusqu'à ce que nous parvenions à une issue acceptable.
Pourtant, il est également essentiel de tenir compte du fait que dans un régime démocratique représentatif, les élus minoritaires au parlement n'ont qu'une marge de manoeuvre très limitée pour imposer leur volonté, aussi légitime soit-elle. Il est donc possible, même si je ne le souhaite pas, qu'aucune solution valable ne soit trouvée avant les prochaines échéances électorales, où le mécontentement, et surtout les espérances de renouveau des citoyens, auront l'occasion de s'exprimer pleinement.
Au-delà du sujet des gaz de schiste, qui n'est pas encore réglé, il existe des réformes que la situation actuelle a rendues indispensables. Par exemple, j'ai évoqué, dans un article précédent, les insuffisances d'un code minier obsolète et inadapté aux enjeux environnementaux et sociétaux contemporains.
Sur l'ensemble des sujets liés à l'énergie, j'en appelle, une fois encore, à ouvrir un dialogue serein (que ce soit avant ou après les présidentielles, pourvue que ce débat permette d'aborder sans tabou l'ensemble des problématiques liées à la nécessaire transition énergétique dans notre pays), permettant d'établir un diagnostic clair, menant à des décisions fortes mais issues d'un consensus suffisamment large pour engager la France dans la transition énergétique qui déterminera l'avenir de nos enfants.
Pour reprendre ce que j'ai déjà dit vendredi : je suis un élu au service des citoyens, ce sont eux qui donnent la légitimité et la force à mon engagement. Parce que ce combat prend racine dans une conviction personnelle profonde, et tant que ceux-ci me le demanderont, je continuerai ma lutte aux côtés des milliers de personnes qui considèrent que l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste est une aberration environnementale, sanitaire et économique. Ce que certains, notamment à droite, appellent "récupération politique" ou "opportunisme", relève pour moi d'une conception de la démocratie qui revient à ses principes fondateurs : le mandat de tout élu émane des citoyens, et il se doit, tout au long de son mandat et en conscience, de tenir compte des attentes, des inquiétudes, des interpellations qui s'expriment, y compris (et surtout !) de celles qui ne peuvent porter jusqu'au sommet de l'Etat.
ex artisan paysagiste

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
DANGER - Gaz De Schiste. - Enquete
« Réponse #56 le: 03 octobre 2011 à 13:39:11 »
Malgres la loi, il continue ? ??? ???



Mobilisation: la lettre ouverte d'un maire varois, à l'ensemble des élus du Var. ********************************************************************************************
 Monsieur Pierre Jugy, maire de Tourtour, adresse une lettre ouverte à l'ensemble des élus du Var.
 
 Cher collègue,
 
 C’est en tant qu’élu du Haut Var et maire de Tourtour que je m’adresse à vous afin que vous soyez très exactement informés de la situation nouvelle et catastrophique provoquée par le groupe pétrolier TOTAL au sujet de l’extraction du gaz de schiste dans le Sud Est.
 
 Avec Josette Pons, députée du Var, j’ai fait partie des tout premiers élus du département à s’être mobilisé en mars dernier contre l’extraction du gaz de schiste dans notre région à la suite de l’interpellation du Collectif anti gaz de schiste Varois.
 
 Cette mobilisation sans précédent des élus ruraux, des associations et des collectifs anti gaz de schiste dans tout le sud de la France a obligé le Gouvernement à débattre en urgence d’une loi qui a été votée en juillet 2011. Ce texte était censé mettre un coup d’arrêt à tous les permis d’exploration délivrés en catimini à des multinationales par Jean-Louis Borloo alors ministre de l’Ecologie.
 
 Pour le maire que je suis, l’annonce faite il y a 48 heures par le Groupe TOTAL de poursuivre l’exploration puis l’exploitation du gaz de schiste dans le Sud Est en dépit de la loi votée est une véritable provocation pour tous les habitants de nos zones rurales.
 
 Il est clair que ce sont nos territoires ruraux peu peuplés qui seront les premières victimes des intérêts mercantiles du groupe pétrolier français.
 
 Moins de 24 heures avant la date butoir, rendant caduc les droits d’exploration octroyés pour 5 ans par le Gouvernement, TOTAL affiche sa suffisance et fait fi d’une loi ambiguë votée il y a tout juste deux mois au Parlement.
 
 TOTAL annonce qu’il va continuer les études et engager l’exploitation du gaz de schiste sous le fallacieux prétexte d’utiliser une autre technique que celle de la fracturation hydraulique alors que chacun sait qu’elle est la seule technique rentable. Ils vont même plus loin en considérant que les forages pourraient commencer dès 2013.
 
 Sans vergogne, le groupe pétrolier franchit ouvertement la ligne jaune dans les médias en considérant qu’il faut rendre « acceptable » la technique de la fracturation hydraulique alors que ce procédé vient d’être officiellement interdit par la loi en France.
 
 Face à cette menace pour la santé des habitants de nos communes rurales et l’imposture d’une loi passoire, c’est aux élus ruraux, aux collectifs et aux associations d’exercer leur devoir de vigilance en étant très présent sur tous les sites potentiels.
 
 Pour être efficace, je propose que les élus du Haut Var, les ONG et les Collectifs anti gaz de Schiste mettent en place une cellule de veille qui regroupera toutes les informations en provenance des différents territoires afin que nous puissions réagir rapidement et collectivement.
 
 Pour le Haut Var, nous ne savons pas si le permis d’exploration dit « de Brignoles » va être annulé, et c’est pourquoi j’ai immédiatement interpellé le préfet du Var, Paul Mourier, et le préfet de la région PACA, Hugues Parant, afin que tous les élus du Var soient informés.
 
 Toutefois, il est clair qu’à partir de maintenant tout le Haut Var est à la merci et sous la menace du précédent qui vient d’être initié par TOTAL.
 
 Cette porte ouverte aux groupes pétroliers dans l’extraction du gaz de schiste dans le Sud Est les conduit déjà à expliquer dans le journal Le Monde que renoncer à un permis, c’est renoncer à son métier qui est de découvrir où sont les richesses en hydrocarbures et les risques associés à leur exploitation.
 
 Ce cynisme affiché et assumé doit tous nous conduire à interpeller tous les députés varois qui ont voté cette loi en juillet 2011 afin qu’ils agissent dès la rentrée parlementaire.
 
 Par cette lettre ouverte je demande à tous mes collègues maires, mais aussi aux conseillers généraux et régionaux du département de se manifester publiquement contre ce passage en force.
 
 Je compte vraiment sur vous pour qu’ensemble, quelles que soient nos opinions politiques, nous luttions avec détermination contre cette menace qui va mettre à mal notre environnement et notre économie tournée essentiellement vers le tourisme dans le Haut Var.
 
 Amicalement.
 Pierre Jugy
 Maire de Tourtour
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne marc07

  • TeamArtese
  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 3148
  • Sexe: Homme
DANGER - Gaz De Schiste. - Enquete
« Réponse #57 le: 03 octobre 2011 à 13:58:26 »
 


 COMMUNIQUE DE PRESSE
 
dfgdgdgdgdfgdfgdfd
GAZ DE SCHISTE : PASCAL TERRASSE ET DIDIER GUILLAUME RAPPELLENT LES POSITIONS DES CONSEILS GÉNÉRAUX DE L’ARDÈCHE ET DE LA DRÔME
13 septembre 2011
 Ce matin était officiellement annoncée la volonté du groupe Total de maintenir et faire valoir son droit à exploration du gaz de schiste. Outre le permis de Montélimar (Total), celui de Villeneuve-de-Berg serait dans la même situation… Aujourd’hui - et comme ils s’en inquiétaient lors de la promulgation de la loi du 13 juillet - Pascal Terrasse, Président du Conseil général de l’Ardèche et Didier Guillaume, Président du Département de la Drôme, ont pu constater que ce qu’ils pressentaient et dénonçaient, était en train de se mettre en place.
En effet, la loi votée le 13 juillet et qu’ils considéraient comme insuffisante, laissant la porte ouverte aux industriels, a confirmé son incapacité à faire barrage à leur volonté de profit au mépris des risques environnementaux et de l’impact sur la qualité et le cadre de vie des populations concernées. Les industriels qui - comme les autorise la loi - avaient jusqu’à ce jour pour confirmer leur souhait de poursuivre les explorations, ont réitéré leur demande de permis, n’apportant aucune information sur les modalités de cette exploration. Seul le principe d’un abandon de l’exploration par fracturation hydraulique a été mentionné. Or, dans la mesure où ce rapport indique l’abandon de cette technologie, le permis pourrait être confirmé par l’Etat français le 13 octobre comme le prévoit la loi.
Les Présidents Terrasse et Guillaume, fortement impliqués au niveau local et au niveau national*, signataires d’une proposition de loi issue du groupe socialiste à l’Assemblée nationale qui, si elle avait été adoptée, aurait mis fin à toute possibilité d’exploration et d'exploitation des gaz de schiste sur le territoire national, s’élèvent une fois encore contre ces projets.
Convaincus que les citoyens ne disposent d’aucune garantie, d’aucun moyen de contrôle, convaincus aussi que le modèle même de développement qui nous est ainsi proposé ne correspond pas aux aspirations des Ardéchois, des Drômois et au-delà des populations touchées par ces projets, les deux Présidents-parlementaires ont décidé de se doter d’outils permettant de contrer ces projets et d’intervenir dans la procédure en cours.
L’Etat rendra son verdict le 13 octobre 2011. A ce moment-là, l’assistance juridique voulue par les deux Présidents de l’Ardèche et de la Drôme, accompagnés dans leur démarche par ceux du Gard et de l’Hérault, aura établi une note juridique complète, permettant, au regard de la loi sur l’eau, de la charte constitutionnelle de l’environnement ou de tout autre texte de portée nationale ou internationale, d’identifier les opportunités de recours. Si besoin en était, les collectivités engageraient sur ces bases des procédures à l’encontre des actes administratifs qui autoriseraient l’exploration des gaz de schiste, notamment sur le territoire de ces quatre collectivités.
Pascal Terrasse et Didier Guillaume le redisent : les principes fondateurs du Grenelle de l’environnement et de la Charte constitutionnelle de l’environnement sont allègrement bafoués. Quid du principe de précaution ? Quid de l’information et de la concertation des citoyens ? Quid du respect des élus du peuple dont l’avis n’a pas été sollicité au moment d’autoriser les explorations ?
Le Gouvernement a fait voter une loi, qui ne règle rien sur le fond. Les citoyens sont floués et les détenteurs de capital confortés dans leur recherche de profit. Ce n’est pas ainsi que se régleront les problèmes de diversification des ressources énergétiques françaises, ce n’est certainement pas avec une vision aussi courte, aussi dangereuse pour l’environnement comme pour chaque habitant que notre pays progressera sur la voie d’un développement durable et respectueux de chacun.
 
* Pascal Terrasse a été le premier Député de France à interpeller le Gouvernement lors des questions d’actualité, obtenant ainsi un moratoire sur les travaux d’exploration, puis l’organisation d’une mission parlementaire sur le sujet
 
ps bien voila c'est pas fini  colere22 colere22
 
ex artisan paysagiste

Hors ligne Deklak

  • 160 Iso
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 6895
  • Sexe: Femme
DANGER - Gaz De Schiste. - Enquete
« Réponse #58 le: 03 octobre 2011 à 20:18:26 »
Je viens d'entendre à la téloche (JT de la 2) que:
 
"Le gouvernement renonçait à toutes formes d'exploitation des gaz de schistes sur le territoire français..."
 
"TOTAL serait débouté et surpris que son permis d'exploitation soit abrogé..."
 
A suivre...
Etre loin d'ailleurs c'est être ici (Ph.Geluck)

Hors ligne marc07

  • TeamArtese
  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 3148
  • Sexe: Homme
DANGER - Gaz De Schiste. - Enquete
« Réponse #59 le: 03 octobre 2011 à 22:23:36 »
oui j'ai vu aussi, mais il ne faut pas faire des rèves, il y a tellement d'argent en jeux qu'ils ne lacherons pas l'affaire comme cela + magouilles politique divers et variées.
ex artisan paysagiste

Bookmark and Share