Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Connexion avec Facebook

A A A A
Auteur Sujet: ONU - Rapport du GIEC - Les energies renouvelables objectif Climat 2050  (Lu 2010 fois)

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Les renouvelables peuvent et doivent produire le gros de l'énergie d'ici 2050

De Marlowe HOOD (AFP) – 7 mai 2011

PARIS — Les renouvelables peuvent et doivent représenter la plus grande partie de l'offre énergétique d'ici 2050, indique un projet de rapport du Groupe intergouvernemental d'experts de l'ONU sur l'évolution du climat (Giec) obtenu par l'AFP.

Le "résumé à l'intention des décideurs", issu d'un rapport de 1.500 pages, doit être présenté sous sa forme définitive lundi lors d'une réunion du Giec à Abou Dhabi.

"La version finale pourrait être quelque peu différente dans la formulation, mais pas vraiment sur le fond", a indiqué à l'AFP un représentant de l'industrie qui a participé à ce rapport.

Cette évaluation, de loin la plus complète de l'ONU sur le potentiel de ces énergies "propres", compare 164 scénarios.

En 2008, six types de renouvelables représentaient 12,9% de l'offre énergétique globale: la biomasse (10,2%), l'hydraulique (2,3%), l'éolien (0,2%), le solaire (0,1%), la géothermie (0,1%) et l'énergie issue de l'océan (0,002%).

Mais en laissant de côté les usages traditionnels, comme le feu de bois pour cuire la nourriture ou le chauffage, ce chiffre tombait à 7%.
Le charbon, pétrole et gaz représentaient 85% et le nucléaire 2%.


Rédigé avant la crise de Fukushima, le projet de rapport estime qu'il est plus probable d'assister d'ici 2050 à une vraie montée en puissance des renouvelables qu'à un scénario qui privilégierait le nucléaire et la capture et stockage de CO2 (CCS), une autre façon de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre (GES).

De manière générale, la majorité des scénarios montrent une "augmentation substantielle", de 3 à 20 fois, "du déploiement des énergies renouvelables d'ici 2030, 2050 et au delà".

La part future de ces énergies varie énormément en fonction des scénarios, les plus ambitieux imaginant qu'elles pourraient couvrir les 3/4 des besoins.
Ceci dit, de nombreux obstacles s'élèvent encore sur cette route, comme les subventions aux énergies fossiles ou l'absence de structures adéquates pour développer de nouvelles technologies.

"Pour parvenir aux objectifs internationaux de réduction de GES, une réforme profonde de nos systèmes énergétiques va être nécessaire"
, est-il écrit.

Et cela va demander beaucoup d'argent: 1,4 à 5,1 trillions de dollars pour la prochaine décennie, et de 1,5 à 7,2 trillions de dollars pour la période 2021-2030.
Le Giec, créé en 1988, est l'instance scientifique qui fait autorité en matière de réchauffement climatique.

Ce rapport intermédiaire devrait contribuer à la rédaction du 5ème grand rapport, prévu en 2014.


extrait et sources / lire l'article en entier : http://www.romandie.com/news/n/_Les_renouvelables_peuvent_et_doivent_produire_le_gros_de_l_energie_d_ici_2050070520111105.asp
7 mai 2011 - AFP


Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Près de 80% de l'énergie mondiale pourrait être renouvelable, estime l'ONU (10 mai 2011 - site de l'ONU)


10 mai 2011 – L'énergie solaire et éolienne, la biomasse et l'hydroélectricité pourraient représenter près de 80% de l'approvisionnement énergétique mondial d'ici 2050, si les Etats mettaient en place des politiques permettant d'exploiter le potentiel de ces énergies renouvelables, selon un rapport des Nations Unies publié lundi. 

 Les conclusions du rapport ont été rendues publiques lors d'une réunion de quatre jours qui s'est terminée le week-end dernier à Abou Dhabi, aux Émirats Arabes Unis. Ce rapport est le résultat du travail de plus de 120 chercheurs ayant collaboré au sein du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC). Les experts indiquent que si la voie des énergies renouvelables était empruntée totalement, les émissions de gaz à effet de serre pourraient rester suffisamment faibles pour limiter à moins de 2 degrés la hausse des températures mondiales d'ici le milieu du siècle.
 
 Ce seuil de 2 degrés est un point de basculement au-delà duquel les pires effets du changement climatique sont susceptibles de se produire. Les gouvernements s'étaient accordés au Sommet de Cancun, au Mexique, en 2010, pour tenter de limiter la hausse de la température moyenne mondiale de plus de 2 degrés.
 
 La Secrétaire exécutif de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Christiana Figueres, a décrit ce rapport comme « le plus important » sur le sujet et a assuré qu'il montrait la voie à suivre aux gouvernements.
 
 « Ils doivent atteindre leur objectif en ayant recours à des sources d'énergie renouvelables sur une très grande échelle, a-t-elle expliqué. « Des politiques nationales ambitieuses et une coopération internationale forte sont clairement la clé pour que les énergies renouvelables soit adoptées rapidement et massivement, dans tous les pays. »
 
 Mme Figueres a aussi souligné la nécessité de mettre à disposition des pays pauvres des ressources financières et technologiques. Ces pays vont connaitre la plus forte croissance de production d'énergie dans les décennies à venir.
 
 Le rapport examine plus de 160 différents scénarios scientifiques fondés sur différents niveaux d'utilisation de sources d'énergies renouvelables et prenant en compte divers facteurs environnementaux et sociaux. Quatre scénarios reflétant l'éventail complet des possibilités ont été analysés en détail, et le plus optimiste des quatre scénarios prétend que les sources d'énergie renouvelables pourraient représenter jusqu'à 77% de la demande énergétique mondiale d'ici à 2050, alors qu'en 2008 par exemple, ce chiffre était d'un peu moins de 13 pour cent. Dans ce scénario, les économies cumulées d'émissions de gaz à effet de serre représentent 220 à 560 gigatonnes de dioxyde de carbone entre 2010 et 2050.
 
 Enfin, les experts estiment que le prix des technologies des énergies renouvelables serait plus attractif si un coût financier était donné aux impacts environnementaux tels que les émissions de gaz à effet de serre et les produits polluants puis inclus dans les prix de l'énergie. Le coût global de la plupart de ces technologies a en outre diminué au cours des dernières années et les chercheurs ont constaté qu'ils allaient probablement encore baisser.



sources : http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=25217&Cr=climat&Cr1
date : 10 mai 2011
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Bookmark and Share