Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Connexion avec Facebook

A A A A
Auteur Sujet: Les ordinateurs et le développement des enfants  (Lu 1751 fois)

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Les ordinateurs et le développement des enfants
« le: 02 décembre 2012 à 18:00:24 »
Les ordinateurs et le développement des enfants   

              
[/j]
En 1993, le gouvernement du Canada a adopté une nouvelle initiative, ordinateurs pour les écoles (OPE). Les ordinateurs du gouvernement fédéral en surplus ont été distribués aux écoles et aux bibliothèques de toutes les provinces et tous les territoires au Canada. Depuis ce temps, OPE a distribué plus de 300 000 ordinateurs, et 60 000 autres sont livrés chaque année.
Une supposition évidente sous-tend cette initiative. Les ordinateurs sont bons pour les enfants.

Le sont-ils vraiment?

Il y a peu de doute que les ordinateurs deviennent de plus en plus nécessaires pour les enfants. Étant donné que les ordinateurs font partie intégrante du programme scolaire et des activités d’apprentissage parascolaire, les parents sentent la pression de devoir équiper leurs enfants avec la technologie de pointe. Les enfants jouent à des jeux, font leurs devoirs, parlent à leurs amis et naviguent sur Internet à l’ordinateur de l’école, de la bibliothèque et de la maison.
Les parents s’inquiètent que leurs enfants seraient laissés de côté s’ils ne maîtrisent pas la technologie même à un très jeune âge. Selon un sondage mené en 2003 par la Kaiser Family Foundation, 31 % des enfants de trois ans et moins utilisent déjà un ordinateur.

Mais l’idée que les ordinateurs sont bons pour les enfants?
Cette notion a probablement évolué du besoin de justifier la vague déferlante de technologie dans la vie de nos enfants.

La tendance à l’informatisation de nos foyers et de nos écoles est très avancée par rapport à la recherche. Les implications de ce mouvement sont cependant largement inconnues.
 Les ordinateurs rendent-ils les enfants plus intelligents?  La recherche sur les bienfaits éducatifs d’activités sur l’ordinateur est limitée. Jouer à des jeux sur l’ordinateur a été lié à des améliorations à une certaine intelligence visuelle propre à l’utilisation de la technologie informatique. Autrement dit, l’utilisation d’un ordinateur rend les enfants meilleurs dans l’utilisation d’un ordinateur.
Ce n’est sans doute pas une conclusion surprenante étant donné que l’utilisation régulière prolongée améliore presque toute habileté.
Les chercheurs ont découvert un lien petit, mais important entre l’utilisation d’ordinateurs à domicile et une amélioration au rendement scolaire. Cependant, il n’y a pas de corpus de données faisant autorité qui montre que l’utilisation d’un ordinateur améliore la performance scolaire.

Il faut aussi tenir compte de ces constatations à la lumière d’études qui montrent un lien éventuel entre les améliorations à l’école et un certain nombre d’activités utiles intrinsèquement comme la musique, l’art et les sports. Des chercheurs de la University of Toronto ont découvert que des enfants qui ont reçu 36 semaines de cours de piano ou de chant ont affiché une meilleure augmentation du QI et des résultats scolaires que le groupe témoin d’enfants qui n’ont pas reçu de cours de musique.

Les technologies informatiques ont le bienfait incontesté qu’ils aident les enfants avec des besoins spéciaux. Les enfants qui ne peuvent participer à des programmes d’éducation traditionnels en raison de troubles s’apprentissage précis, de problèmes émotionnels, d’une atteinte à la parole et à l’audition, d’une cécité et même d’importantes incapacités physiques ont tous profité de l’ordinateur.
 Les dangers de l’ordinateur En général, les risques associés à l’utilisation d’un ordinateur par les enfants sont attribuables soit à (i) des activités inappropriées ou (ii) le temps excessif passé devant l’ordinateur.

Certains des dangers sont indéniables. Peu de gens contestent les risques associés à l’accès des enfants à des cyber-pédophiles, à de la p*rn*ographie et à du contenu inapproprié.
Les jeux d’ordinateur pour les enfants deviennent de plus en plus violents. Sans surprise, les enfants préfèrent les jeux compétitifs et agressifs aux jeux qui encouragent les comportements sociaux positifs. Les parents sont souvent inconscients de l’ampleur de la violence des jeux que les enfants jouent régulièrement.

Dans un examen récent de la documentation, des chercheurs à la Iowa State University ont conclu que le fait de jouer à des jeux violents augmente l’agressivité et l’hostilité des enfants et désensibilise les enfants à la violence. Il a été montré que les hausses du niveau d’agressivité ont tendance à se généraliser au-delà du contexte du jeu.
Peut-être l’un des risques les plus importants associés à la surutilisation d’un ordinateur par les enfants, c’est le déplacement d’autres activités essentielles et potentiellement enrichissantes.
Les ordinateurs sont une source d’émerveillement. La navigation sur Internet et les jeux d’ordinateur distraient les enfants d’autres activités hors ligne, souvent pendant des périodes prolongées. Certains chercheurs laissent entendre que dépenser du temps excessif à toute activité peut entraver le développement social et éducatif d’un enfant.

Les cyber-interactions sont appauvries par rapport aux contacts réels avec des amis, des membres de la famille, des enseignants et la nature. La communication principalement par Internet empêche les enfants de vivre les éléments essentiels d’une relation. La magie de l’interaction humaine dépend de la présence de l’autre.
La recherche sur l’impact physique de l’utilisation des ordinateurs par les enfants en est encore aux premières étapes. Cependant, les chercheurs prédisent que les enfants commenceront à avoir les mêmes types de blessures aux poignets, au dos et aux yeux fréquemment constatés chez les adultes qui utilisent des ordinateurs.

Les résultats préliminaires suggèrent que l’utilisation prolongée de l’ordinateur chez les enfants est liée aux blessures de stress répété et à un risque accru d’obésité. Les jeux excessifs sont associés à une sorte de tendinite. Les images qui clignotent rapidement dans certains jeux vidéo ont causé des convulsions chez les enfants qui ont une épilepsie photosensible.

La recherche sur les utilisateurs adultes nous a enseigné que les blessures sont souvent attribuables à de l’équipement mal installé. Des chercheurs de la Cornell University ont étudié l’arrangement ergonomique de postes de travail dans six établissements scolaires que fréquentent des élèves de la troisième à la cinquième année. Dans toutes les écoles, on a trouvé des postes informatiques installés d’une manière qui force une posture à risque élevé de développement de troubles musculo-squelettiques chez les enfants.
Les chercheurs d’Oxford jettent le blâme sur la présence d’ordinateurs dans la chambre à coucher pour la constatation que les enfants dorment de deux à cinq heures de moins que leurs parents à leur âge. Les ordinateurs sont en effet une tentation invitante. Les effets à long terme d’une interférence répétée avec les habitudes de sommeil et d’une diminution des heures de sommeil sont inconnus.
Les expériences virtuelles deviennent de plus en plus courantes dans les jeux et dans Internet. Les études montrent que certains enfants ont du mal à distinguer la vie réelle de la vie artificielle. Les implications de cette conclusion sur le développement de l’identité chez les jeunes enfants sont incertaines.

Certains chercheurs avancent que la gratification instantanée associée à la technologie d’aujourd’hui contribue à réduire la tolérance de la frustration chez les enfants. Si la tolérance est inférieure, les enfants pourraient être moins en mesure de s’adapter aux défis de la vie.
En résumé, la recherche qui appuie et désapprouve l’utilisation d’ordinateurs par les enfants en est encore à ses débuts. Certaines allégations sont plus fondées que d’autres. Certaines autres ne sont que de la spéculation. Nombre des recherches existantes comportent une faille méthodologique, celle de reposer sur des données peu fiables auto-rapportées.
Ultimement, aucune quantité de recherche ne nous offrira des réponses finales. Par exemple, il est peu probable que nous saurons un jour la mesure dans laquelle l’utilisation d’ordinateurs a déplacé d’importantes activités dans la vie de nos enfants.
Cela signifie que nous devons nous fier sur ce que nous savons.

Que savons-nous des besoins de nos enfants?

Nous savons que les enfants ont besoin de contacts humains directs, de gentillesse et d’interactions véritables.
Nous savons que l’émerveillement et les dangers potentiels de tant d’activités à l’ordinateur peuvent faire en sorte que nous devrons superviser les heures que notre enfant passe à l’ordinateur.
 Supervisez! La plupart des parents savent d’instinct quels sont les dangers éventuels d’une utilisation excessive ou inappropriée.

Les risques associés à l’utilisation d’un ordinateur sont attribuables à des activités inappropriées ou au temps excessif passé à l’ordinateur. Cela signifie que les parents peuvent réduire considérablement ou même supprimer les risques en surveillant les activités de leurs enfants. Avec une supervision étroite, la surutilisation de l’ordinateur et la participation à des activités inappropriées peuvent être empêchées.
Dre Arlette Lefebvre, psychiatre à The Hospital for Sick Children, va au-delà de la recommandation que les parents supervisent leurs enfants. Elle exhorte les parents à participer réellement à l’exploration du Web de leurs enfants. « vous devez véritablement apprendre à connaître les forces numériques qui façonnent l’avenir de vos enfants ». Lefebvre, co-auteure de Taking Your Kids Online, décrit les nombreuses façons dont les parents peuvent faire partie de l’expérience d’apprentissage en ligne de leurs enfants. « Les parents ne peuvent compter sur les écoles pour que leur enfant maîtrise Internet ».
Lefebvre avertit aussi les parents qu’il faut savoir reconnaître les signes de comportements qui dénotent une dépendance, parfois associés au jeu excessif des enfants.

Pour optimiser les bienfaits de l’apprentissage sur l’ordinateur, les parents devraient participer au travail que les enfants font sur l’ordinateur comme ils le feraient avec les devoirs réguliers. Des chercheurs de l’University of Loughborough ont découvert que les enfants qui se servent d’ordinateurs à la maison le font habituellement sans aide d’adultes. L’apprentissage à l’aide d’ordinateurs est à son plus efficace s’il est interactif, surveillé et utilisé en coordination avec l’apprentissage actif.

 Pensez à l’avenir C’est un peu dommage que les initiatives gouvernementales visant à donner l’accès à des ordinateurs aux enfants ne soient pas assorties d’initiatives semblables pour l’éducation en art. Étant donné qu’ils sont axés sur la technologie, les budgets des écoles visent de plus en plus à faire l’achat d’équipement informatique coûteux tandis que l’entretien de base, les livres et les programmes des arts sont négligés.

Les programmes d’enseignement de l’art devraient être pratiques et non assujettis à la mécanisation que l’on constate dans tant d’activités d’aujourd’hui pour les enfants.
Il ne faut pas se laisser berner par des suites de logiciel qui prétendent pouvoir améliorer la créativité des enfants. Copier et coller des images préfabriquées ne remplace effectivement pas l’art original fait à la main.

L’essence de l’art et de la musique ne peut être informatisée.

Il est temps de faire un examen critique du rôle de la technologie dans la vie de nos enfants.
De plus, nous devons continuer de nous interroger sur les torts potentiels associés à l’utilisation de l’ordinateur de nos enfants.
Étant donné que les ordinateurs jouent un rôle important dans la vie de nos enfants, il est essentiel pour nous de comprendre les implications de leur utilisation. Des recherches poussées sont nécessaires pour déterminer les recommandations qui optimisent les bienfaits et réduisent au minimum les impacts négatifs de l’utilisation régulière d’un ordinateur.
En offrant aux enfants des occasions d’améliorer leurs habiletés en informatique, nous les préparons à vivre dans un monde de plus en plus technologique. Nous devons cependant savoir que le besoin de répondre aux demandes technologiques de la société n’est en aucun cas la partie la plus importante du développement sain de nos enfants. 

9/1/2010    Anderson CA. An update on the effects of playing violent video games. Journal of Adolescence. 2004;27:113-122.
Rideout VJ, Vandewater EA, Wartella EA. Zero to Six: Electronic Media in the Lives of Infants, Toddlers and Preschoolers [monograph on the Internet]. Menlo Park, CA: Kaiser Family Foundation; 2003 [cited September 15, 2004]. Available from: http://www.kff.org/entmedia/3378.cfm
Lefebvre A, Hillis B. Taking Your Kids Online. How and When to Introduce Children to the Internet. Whitby: McGraw-Hill, Ryerson, 1999.
Li X, Atkins MS. Early childhood computer experience and cognitive and motor development. Pediatrics. 2004;113:1715-1722.
Schellenberg EG. Music lessons enhance IQ. Psychological Science. 2004;15:511-514.
Subrahmanyam K, Kraut RE, Greenfield PM, Gross EF. The impact of home computer use on children’s activities and development. The Future of Children. 2000;10:123-144.



SOURCES http://www.aboutkidshealth.ca/Fr/News/NewsAndFeatures/Pages/Computers-and-child-development.aspx
 


Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Bookmark and Share