Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Connexion avec Facebook

A A A A
Auteur Sujet: Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?  (Lu 1945 fois)

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?
« le: 15 octobre 2010 à 22:00:49 »
OCTOBRE 2010

Quelques articles autour de ce sujet n'ayant pas encore traversé l'Atlantique...ou du moins peu traité..
Pour information.






Banques US : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?   
                           

"Tout de même, pendant cette fichue crise, qu'est-ce qu'on peut rigoler ! (Tant qu'on pas perdu sa maison, bien sûr...)
Je vous ai déjà parlé du problème "MERS", système d'enregistrement   électronique des hypothèques créé par les banques US pour simplifier la   transmission des créances hypothécaires de banque en banque, dont   certains tribunaux estiment qu'il ne respecte pas les critères de   qualité minimaux pour fournir des preuves de détention de créance   acceptables par la cour.
Mais il semblerait que le mal soit bien plus profond. La décision   d'une grande banque, Ally, ex GMAC, de geler ses procédures d'éviction   dans 23 états semble montrer que les banques américaines ont un   indéniable talent pour se passer elle même autour du cou la corde qui   les pendra. Au point que certains évoquent un "Foreclosure-gate".
Je vous propose, de façon compréhensible j'espère, un voyage la   quatrième dimension de l'incompétence, la  négligence, la bêtise, et   maintenant, de la fraude la plus inimaginable."


Lire la suite de l'article

auteur : Vincent Benard
Foreclosuregate (IV) : synthèse - Pour y voir plus clair dans un gigantesque scandale financier
« Modifié: 08 décembre 2010 à 00:28:12 par Pixelartese »


Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?
« Réponse #1 le: 15 octobre 2010 à 22:06:49 »
FMI et Banque Mondiale unis contre les tensions monétaires

Le directeur du Fonds monétaire   international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, a pour sa part déploré un   affaiblissement de l’esprit de coopération économique      mondiale, qui avait prévalu en 2008, au plus fort de la crise   financière, dans un contexte de reprise contrastée et fragile.[

La crainte de voir émerger une guerre   des monnaies et des échanges commerciaux, qui furent des détonateurs de   la Grande Dépression, sera le cheval de bataille du  FMI et de la Banque mondiale lors de leurs réunions prévues ce   week-end et devrait également être l’un des principaux sujets de   discussion des ministres des Finances du G7 vendredi. 
         
     
Les échanges tourneront surtout autour de la meilleure manière de persuader la Chine de laisser sa monnaie s’apprécier.
         
«Si on laisse le conflit s’installer ou certaines formes de protectionnisme, alors nous risquons de répéter   les erreurs des années 1930», a déclaré à la presse, Robert Zoellick.
         
Le FMI a abaissé mercredi sa   prévision de croissance mondiale pour 2011 à 4,2%, alors qu’il prédisait   4,3% en juillet. L’ajustement des budgets des pays      industrialisés, grevés par la dette, devrait peser sur leurs   économies, a souligné l’institution. 
La faible croissance intérieure des   pays rend leurs économies dépendantes aux exportations, faisant planer   la crainte d’une dépréciation intentionnelle de leurs      monnaies pour soutenir les échanges. 
Robert Zoellick a donc suggéré que   les institutions internationales, comme le FMI et l’Organisation   mondiale du Commerce (OMC), puissent agir pour apaiser ces      tensions.[/size]

Le mois dernier, le Japon est en   effet intervenu pour la première fois en six ans pour faire reculer les   cours du yen, et plusieurs pays émergent ont pris des      mesures pour empêcher leur monnaie de fluctuer trop rapidement à la   hausse.
La chine au cœur du débat[
Dominique Strauss-Kahn a déploré un affaiblissement de l’effort de coordination des politiques économiques   au niveau mondial, une évolution susceptible de menacer la reprise.
«On peut dire que l’élan ne disparaît   pas, mais s’affaiblit, et pose une réelle menace, car tout le monde   doit bien avoir à l’esprit qu’il n’y a pas de solution à      l’échelle locale à cette crise mondiale», a-t-il déclaré à la   presse.
           
Concernant les conflits monétaires,   il a jugé que l’expression «guerre des monnaies» était «un peu trop   militaire. Mais il est vrai que nombreux sont ceux qui      considèrent leur monnaie comme une arme, ce qui n’est certainement   pas une bonne chose pour l’économie mondiale.»
Dans une interview publiée par Le   Monde jeudi, il a mentionné la politique monétaire chinoise comme un   problème primordial à résoudre pour rééquilibrer l’économie      mondiale.

«La sous-évaluation du yuan est   source de tensions pour l’économie mondiale, et est en train de devenir   une menace», a-t-il déclaré au quotidien. «Si nous voulons éviter de créer les conditions d’une nouvelle crise, la Chine devra   accélérer le processus d’appréciation (de sa monnaie).»   

La Chine a maintenu le yuan à un   niveau stable pendant la crise financière mais s’était engagée en juin à   le laisser le fluctuer plus librement. Mais, depuis, le      yuan n’a pris qu’environ 2% par rapport au dollar.   

Le président du FMI a en outre   souligné qu’avoir davantage de poids au FMI, comme le demandent les pays   émergents, implique également davantage de responsabilités      vis-à-vis de l’économie mondiale.
     
Rôle déterminant des banques centrales 
Les marchés émergents estiment quant à eux que les pays riches doivent prendre également leurs responsabilités.[/size]   
           
La Banque centrale européenne et la   Banque d’Angleterre ont décidé jeudi de maintenir leur taux   d’intervention à un niveau historiquement bas, et la Banque du Japon a abaissé le sien à zéro cette semaine.   
La Réserve Fédérale envisage quant à elle de faire davantage fonctionner la planche à billet pour racheter   des actifs dans l’espoir de soutenir la croissance  américaine et de faire baisser le taux de chômage. Mais une telle position a pour effet d’affaiblir le dollar et donc d’alimenter les   tensions internationales.[/size]   
Depuis la mi-juin, le dollar a reculé de près de 13% contre un panier de devises, effaçant la plupart des   gains enregistrés en début d’année quand les difficultés      budgétaires des pays européens avaient encouragé la demande de   valeurs refuge comme le dollar.[/size]   
E. K. et G. S.
           
09-10-2010
sources
      LA NOUVELLE REPUBLIQUE   
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?
« Réponse #2 le: 17 octobre 2010 à 02:20:52 »
        Les banques ont encore besoin du soutien public, prévient le FMI                              

WASHINGTON — Le Fonds monétaire international a prévenu le 5 octobre que le soutien des Etats aux banques, aussi impopulaire soit-il, restait   indispensable pour tenter de faire repartir l'économie mondiale.

"Le   système financier mondial est toujours dans une période d'incertitude   considérable et reste le talon d'Achille de la reprise économique", a   écrit le FMI dans son rapport semestriel sur "la stabilité financière   dans le monde".
"Une partie du soutien public qui a été accordé aux banques ces derniers années devra être maintenue", a-t-il recommandé.
Les   milliards de dollars ou d'euros ponctionnés sur les budgets nationaux   pour renflouer des banques en détresse ont suscité aux Etats-Unis et en   Europe la colère des opinions publiques.
Mais pour le FMI, si les Etats retiraient cette béquille, ils le paieraient au prix fort.
Il   a conseillé aux gouvernements de tout faire pour aider les banques à   trouver de nouveaux capitaux. Sans cet argent, "les systèmes bancaires   resteront soumis à des chocs dans leur financement, qui pourraient   intensifier les pressions en faveur du désendettement et constituer un   poids supplémentaire pour les finances publiques et la reprise", a-t-il   souligné.
"Comme on l'a constaté à plusieurs occasions ces trois   dernières années, la conjoncture que traverse le système financier   mondial a maintenant le potentiel de passer très rapidement de propice à   un mode de crise", a encore affirmé le FMI.
"Les stratégies qui   prévoient le retrait des politiques monétaires et financières non   conventionnelles pourraient devoir être reportées tant que la   conjoncture ne sera pas plus solide", a poursuivi le Fonds, évoquant les   liquidités injectées dans le système financier par les banques   centrales.
A un niveau mondial, le FMI donne des chiffres étourdissants.
Le   coût de la crise financière aura été de 2.200 milliards de dollars.   Cette estimation correspond aux pertes qu'auront dû absorber, entre   l'été 2007 et la fin 2010, les banques et autres institutions   financières américaines, européennes et asiatiques, en raison de la   baisse de la valeur constatée ou prévisible de leurs actifs financiers.
Pour   combler ce trou, elles se sont endettées à court terme, et vont devoir   prochainement payer la note. "Par conséquence, une dette de plus de   4.000 milliards de dollars doit être refinancée dans les 24 prochains   mois", a estimé le Fonds.
Elles n'y parviendront pas sans l'aide des contribuables, particulièrement en Europe.
En   Irlande, le gouvernement estime que son déficit budgétaire devrait   grimper à 32% du produit intérieur brut cette année, gonflé par le coût   du sauvetage de banques qui avaient alimenté la bulle spéculative sur   l'immobilier de l'île.
L'idée qu'un pays de cette taille doive   supporter une telle charge inquiète le monde entier. Lors d'une   conférence de presse au siège du FMI à Washington, une journaliste   indonésienne a ainsi demandé comment une crise budgétaire en Irlande et   en Grèce pourrait "toucher les économies émergentes en Asie, et en   particulier l'Indonésie".
"Ce que nous espérons c'est que   l'Irlande et la Grèce iront mieux, et non moins bien", a répondu le   directeur du département des marchés de capitaux, José Vinals.
Le   problème n'est par ailleurs pas confiné à l'Europe. Aux Etats-Unis, "la   stabilité financière s'est améliorée, mais des poches de vulnérabilité   demeurent dans le système bancaire" comme l'immobilier, généreusement   subventionné par Washington, a relevé le Fonds.
 
sources : http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/les-banques-ont-encore-besoin-du-soutien-public-previent-le-fmi-05-10-2010-1096658.php
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?
« Réponse #3 le: 08 décembre 2010 à 00:08:56 »
Mardi 19 Octobre 2010


Le scandale qui peut ruiner l’économie mondiale


Vous n’avez sans doute pas encore entendu parler du “Foreclosure Gate” ? Ne vous inquiétez pas, ça va venir. A l’instant où j’écris ces lignes, Google propose déjà plus d’un million six cents mille occurrences pour ce terme, et ce n’est probablement pas fini, tant ce nouveau scandale venu en droite ligne des Etats-Unis risque de reléguer les “subprimes” à une petite farce d’étudiant-trader. J’avoue que l’affaire est extrêmement complexe à résumer en quelques lignes. Vincent Bénard fut, à ma connaissance, le premier blogueur francophone à en parler. De son côté, la presse généraliste commence timidement à évoquer cette bombe atomique qui menace d’exploser à la figure de l’ensemble de l’économie mondiale.

Comment résumer simplement cette affaire ? On peut dire que le Foreclosure Gate (”scandale des saisies”) est une suite chronologique de la crise des subprimes, mais à la puissance dix. Souvenez-vous, les crédits subprimes avaient été accordés facilement à des ménages américains par des banques pas très regardantes sur la solvabilité desdits ménages. Mais comme le rêve américain a un prix et comme l’argent ne pousse pas dans les arbres, la crise est venue jeter à la porte des millions de ménages qui se sont défendus bec et ongles pour conserver leur bien.
Fin 2008, les lettres de ”foreclosure” débarquent par centaines de milliers dans les boîtes des Américains. Mais en examinant les dossiers de saisie d’un peu plus près, des avocats dénichent une faille dans le système. En résumé, il apparaît que les banques ont contourné la procédure légale. Les saisies auraient été effectuées dans la précipitation, sans tenir compte des règles administratives en vigueur.
Pire : le système informatique MERS qui est censé garder en mémoire toutes les opérations immobilières du pays (enregistrements, hypothèques, etc.) s’avère incapable de répondre aux critères définis par la loi américaine. Ses défaillances pourraient conduire à l’annulation de millions d’actes d’achat ou de vente, car les banques ne sont plus en mesure de prouver qu’elles détiennent une hypothèque. Certaines d’entre elles sont allées jusqu’à fabriquer de faux documents pour tenter d’abuser des propriétaires.
L’affaire a pris un tel tour que la justice a décidé de suspendre toutes les saisies en cours. Il va falloir désormais remonter le fil de chaque achat, vérifier les enregistrements et la légalité des saisies, bref un travail de titan qui prendra du temps mais qui risque surtout de… plomber les banques. Le chiffre de 700 milliards de dollars est avancé, sans que l’on puisse dire s’il est sous-estimé ou surévalué. Parmi les banques impliquées dans ce scandale à grande échelle, on retrouve Wells Fargo (l’un des géants bancaires aux USA, premier prêteur hypothécaire en 2010), Ally (numéro 4 en matière de crédit immobilier), ainsi que les désormais tristement célèbres Fannie Mae et Freddy Mac, déjà à l’origine de la crise des subprimes.

Le scandale commence à trouver un léger écho dans la presse française. Pour l’AFP, on ne peut pas encore parler de “menace”, mais à ce stade on ignore complètement l’impact que risque d’avoir cette affaire en dehors des Etats-Unis et sur ce qu’on appelle “l’économie réelle”. Ce qui est sûr, c’est que 50 procureurs ont uni leurs efforts pour mener des poursuites contre les banques visées, avec à la clef des dédommagements juteux. Comme dans la crise des subprimes dont on ressent encore les secousses aujourd’hui, la titrisation sauvage, l’irresponsabilité et l’opacité des géants bancaires risque encore de mener l’économie au bord de la faillite.

Comme on dit : affaire à suivre…
Un bon (et long) résumé en français ici ou ici. Un article sur le scénario du pire (en anglais) ici.

SOURCES : http://www.alterinfo.net/Le-scandale-qui-peut-ruiner-l-economie-mondiale_a50919.html
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?
« Réponse #4 le: 08 décembre 2010 à 00:22:23 »
7 decembre 2010 - EMISSION TV FRANCE 3 

Ce soir ou jamais

http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/?page=emission&id_rubrique=1238

Dans la revue de presse, Frédéric Taddeï abordera avec ses invités  l’appel de Cantona à vider les banques ce 7 decembre 2010.
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?
« Réponse #5 le: 08 décembre 2010 à 00:26:36 »
Rehn veut un test de liquidités dans les prochains stress tests    
mardi 7 décembre 2010

BRUXELLES, 7 décembre (Reuters) - La prochaine série de tests de résistance bancaires européens, prévue pour février, devra cette fois comprendre une évaluation de la liquidité des banques, a indiqué mardi Olli Rehn.
Tout en défendant la méthodologie des stress tests réalisés en juillet, le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires a insisté sur le fait que le prochain exercice serait encore plus rigoureux.

 
Lire la suite de l'article                   
SOURCES : http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE6B61K320101207
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?
« Réponse #6 le: 08 décembre 2010 à 10:46:23 »
Le plus beau but d’Eric Cantona

Au-delà de son caractère irréaliste, le cri d'Eric Cantona a le mérite de forcer à s'interroger sur l'utilité sociale des établissements bancaires et l'omnipotence de la finance mondialisée.

Bien entendu, c’est impossible. Que tous les Français, ou mieux tous les citoyens du monde, retirent tous ensemble leur argent de leur banque n’améliorerait pas le sort de la planète. D’abord, c’est contrevenir aux lois. En France, M. Dupont qui a retiré tout son argent n’aurait plus les moyens légaux de s’acheter une voiture puisque les paiements en liquide sont plafonnés à 3.000 euros hors taxes. Au-delà, il faut payer par chèque, par virement ou par carte, ce qui nécessite d’avoir une compte dans une banque.

Mais dira-t-on, que ne change-t-on ces lois-là favorables à la finance! OK. Mais c’est oublier que les banques jouent un rôle social utile de sécurisation des dépôts des épargnants (l’argent de M.Dupont) et de sécurisation des transactions. Payer tout en liquide ficherait une joyeuse pagaille dans les échanges, les ralentirait, voire les rendraient impossibles. Ce serait mettre à mal  les productions donc les emplois. La faillite visée des banques n’est même pas sûre d’être obtenue: elles ont aussi des moyens de se refinancer auprès des banques centrales. Mais les retraits Cantonesques flanqueraient à coup sûr les économies par terre. Le sort de la planète n’en serait guère amélioré…

Pourtant si l’on dépasse cette «impossibilité» ou cette «stupidité», comme il a été rétorqué à l’ex-footballeur vedette, l’idée de Cantona relève d’un beau but: l’éthique.

lire la suite
http://www.slate.fr/story/31279/cantona-banque-argent-but

Auteur : Eric Boucher- 7 dec 2010
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?
« Réponse #7 le: 10 janvier 2011 à 01:54:30 »

 ??? ??? ??? ???

actu du 10 janvier LES BANQUES

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0201059270219-sarkozy-chez-obama-pour-discuter-du-systeme-monetaire-international.htm

Sarkozy chez Obama pour discuter du système monétaire international
A   deux semaines du lancement de la présidence française du G20, Nicolas   Sarkozy va tenter de rallier Washington à une révision du système   monétaire international visant à limiter le poids exorbitant du dollar.



Les infos restent de l'autre coté de l'atlantique encore...  ::)
« Modifié: 10 janvier 2011 à 03:15:11 par Pixelartese »
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?
« Réponse #8 le: 12 janvier 2011 à 11:38:19 »
Fric, krach et gueule de bois

FRANCE 2 a presenté hier soir Fric, krach, et gueule de bois : le roman de la crise

RETROUVEZ LA VIDEO INTEGRALE ICI pendant 7 jours


Cette émission spéciale nous plonge au coeur des enjeux des crises passées et sur le chemin des solutions pour l’avenir. Il était une fois la crise ... avec ses héros et ses traîtres, ses menteurs et ses clowns...

A 22h10 : La crise et après ? Ce débat en direct animé par David Pujadas, reviendra sur les questions suscitées par l’émission diffusée en première partie de soirée.

en présence de Pierre Arditi, Daniel Cohen et Erik Orsenna
ainsi que Alain Madelin, Xavier Mathieu (CGT) et Juliane Charton (trésorière de l’UNL).


SOURCES : FRANCE 2
http://programmes.france2.fr/le-roman-de-la-crise/index.php?page=article&numsite=6293&id_article=19880&id_rubrique=6296
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?
« Réponse #9 le: 15 février 2011 à 19:31:04 »
Le plus gros détenteur de la dette américaine n'est plus la Chine, c'est...

L'analyse de l'ex-trader Marc Fiorentino sur l'"arna*k américaine" de 2011. Découvrez qui a supplanté la Chine et le Japon pour le rachat de la dette des Etats-Unis. Stupéfiant !

Madoff était finalement un petit joueur. Avec ses 50 ou 60 milliards de dollars détournés, il n'a pas exploité toutes les possibilités de la fameuse chaîne de Ponzi... Face au tandem Geithner-Bernanke, nos nouveaux Robert Redford et Paul Newman dans ce remake de « l'arna*k », il faut dire que la concurrence est rude. Décortiquons cette fraude massive car le montage est d'une subtilité per*verse et d'une perversité subtile.

lire la suite : http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110209trib000599974/le-plus-gros-detenteur-de-la-dette-americaine-n-est-plus-la-chine-c-est.html
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?
« Réponse #10 le: 08 juin 2011 à 20:11:19 »
Ils n'ecoutent rien, n'anticipent rien...
vidons les comptes bancaires ?
comment va t'on faire ?

Olivier Delamarche - 07 juin 2011 - BFM Business 07/06/2011

Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?
« Réponse #11 le: 27 juillet 2011 à 13:43:03 »
26 juillet - La dette des USA
au 2 aout, si pas de solution,  les usa seront comme la Grece, en défaut de paiement...

http://www.pixelartese.com/forum/economie-droits/la-dette-des-usa/
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Banques : vers un gigantesque "foreclosure-gate" ?
« Réponse #12 le: 22 septembre 2011 à 00:48:34 »
CDS : pire que la dette, le produit financier qui pourrait provoquer la faillite des banques françaises...

      François Fillon a taxé "d'irresponsables" mardi les propos de DSK qui avait assuré au 20h de TF1, qu'il fallait "prendre sa perte" de la dette grecque. Et si la restructuration de cette dette déclenchait un risque majeur "caché" pour les banques françaises ?
  • Comment en effet comprendre l’obstination des autorités françaises à refuser toute restructuration de la dette publique grecque ?
        Une lourde interrogation pèse sur le système bancaire européen, et plus spécialement français.
Comment en effet comprendre l’obstination des autorités françaises à refuser toute restructuration de la dette publique grecque ? Le ministre allemand de l’Économie, Philipp Rösler, l’évoque ouvertement, son collègue des finances, Wolfgang Schäuble, de façon plus elliptique,
 mais François Fillon et François Baroin ne veulent pas en entendre parler. Dominique Strauss-Kahn la considère comme inéluctable (il faut
« prendre ses pertes ») lors de son passage au 20h de TF1, le Premier ministre juge ces propos « irresponsables ». Pourquoi cette
polarisation ?
 L’engagement total des banques françaises s’élève à une quarantaine ou une cinquantaine de milliards d’euros, suivant les estimations. Donc si la Grèce restructurait sa dette à hauteur de 50%, la perte de 20 ou 30 milliards serait absorbable par les banques, à tout le moins avec une aide de l’État, qui au passage lui coûterait moins cher que les multiples plans d’aide à ce pays à la dérive.

La bombe des CDS, produits dérivés dangereux


 Mais un élément de l’équation reste dans l’ombre : le montant des CDS, et surtout qui les a vendus. Un CDS (Credit Default Swap) est un produit
dérivé qui permet de se protéger contre un risque de crédit, d’une grande entreprise ou d’un État. Si vous possédez des emprunts grecs, vous pouvez acheter des CDS auprès d’une banque qui propose ce produit. Vous lui versez à échéances régulières une prime (d’autant plus
 élevée que le risque de défaut est grand), et si la Grèce fait effectivement défaut sur tout ou partie de sa dette, la banque compense la perte
.

 Vu comme cela, ça à l’air rassurant, mais il y a deux éléments qui rendent ce produit extrêmement dangereux :
 
  • Vous pouvez acheter des CDS sur la Grèce… même si vous ne possédez pas d’emprunts grecs ! Simplement pour jouer, pour spéculer, et toucher le jackpot en cas de faillite du pays. C’est comme si vous pouviez acheter une assurance incendie sur la maison de votre voisin…

  • Ce produit n’est pas négocié sur un marché organisé et surveillé par les régulateurs, comme la bourse, mais « de gré à gré » c'est-à-dire dans
    une opacité totale. Et en plus il ne figure pas au bilan des banques, mais dans le « hors bilan », c'est-à-dire que les banques ne communiquent pas dessus et ne publient aucun chiffre.
 
Ce produit diabolique a été inventé dans les années 1990 par Blythe Masters de la banque JP Morgan (on lira sa très intéressante biographie écrite par Pierre Jovanovic),et connaît un succès foudroyant avec des volumes mondiaux qui dépassent les 50 000 milliards de dollars ! (pour vous donner un ordre d'idée, la dette publique des USA est de 14 500 milliards de dollars).
 
Si une société vend trop de CDS sans avoir les fonds propres suffisants, elle se met en danger de mort
:
 c’est ainsi que l'importante société d'assurance AIG a fait faillite en septembre 2008, et a du être renflouée de 100 milliards de dollars par
Washington, après avoir vendu quantité de CDS sur Lehman Brothers, convaincue que l’une des principales banques d’affaires américaines ne
pouvait pas faire faillite…

 Les banques françaises touchées par la crise grecque via les CDS ?

Revenons à la France : déjà lors de la négociation du plan d’aide à la Grèce signé le 21 juillet, il fallait éviter tout « événement de crédit »
(restructuration de la dette) susceptible de déclencher les CDS. Depuis la situation de la zone euro a encore empiré. Alors soyons
clairs : oui ou non les banques françaises ont-elles vendue des CDS sur la Grèce au point qu’un défaut total ou partiel de ce pays les mettrait en situation de faillite ?
Voilà qui expliquerait l’obstination du gouvernement ! Le fait que la BNP, la Société Générale, le Crédit Agricole soient autant massacrés en bourse signifie-t-il que les investisseurs savent ou se doutent que c’est le cas ?
 Il devient urgent de faire la lumière sur les engagements en CDS des banques françaises et européennes, et de rendre public cette information.
Sinon les rumeurs continueront leur travail se sape, jusqu’à une faillite qui prendra tout le monde de court.


auteur : Philippe Herlin
chercheur en finance, chargé de cours au CNAM. Il est l'auteur de Finance : le nouveau paradigme (Eyrolles 2010), prix spécial du jury du 24e prix Turgot en 2011. Il tient le site www.philippeherlin.com.

sources : http://www.atlantico.fr/decryptage/cds-credit-default-swap-crise-grecque-risque-faillite-banques-francaises-186560.html

21 sept 2011
 
          banques | cds | credit default swap | crise | Grèce
 
                Politique | Economie | Finance | International



Une banque a me conseiller ?  :icon_mrgreen: nous sommes au credit agricole  :scare: :scare:
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Bookmark and Share