Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Connexion avec Facebook

A A A A
Auteur Sujet: COAGUL - Cine debat - Copier, n'est pas voler  (Lu 1128 fois)

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
COAGUL - Cine debat - Copier, n'est pas voler
« le: 13 mai 2011 à 15:29:10 »
L'association COAGUL fête ses 10 ans d'activité de promotion du logiciel libre et des formats ouverts cette année.
Dans ce cadre elle organise un ciné/débat, deux journées de conférence sur le logiciel libre (27 et 28 mai) et une exposition sur les formats ouverts (fin septembre).

Jeudi 12 mai aura lieu la première projection du documentaire "Copier n'est pas voler" au cinéma d'art et d'essai l'Eldorado à Dijon. Film sous licence CC by-sa, réalisé par nos soins. France. 2011. 0h50. VOST

L'annonce sur le site de l'Eldorado : http://cinema-eldorado.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=435&Itemid=87

Présentation"La production de biens culturels était basée sur le principe de rareté. A l'heure du numérique, avec la facilité de duplication, se dessine une autre façon d'appréhender la culture.
Il est dommage de considérer le numérique comme un désastre culturel. La créativité n'a jamais été aussi riche et aussi facilement diffusable que maintenant.
Arc-boutées sur un modèle inadapté, les industries du divertissement tentent de stigmatiser les usages nouveaux. Autrefois réservés aux revendeurs indélicats, les mots “voleur”, “pirate”, “contrefacteur”, ... servent maintenant à désigner leur propre public.
Le financement de la culture s'appuie majoritairement sur le droit d'auteur et sur l'incongrue “propriété intellectuelle”. Il serait plus intéressant de chercher de nouveaux modèles de financement.
Ce documentaire, réalisé par l'association COAGUL, présente deux expériences de création libre, financées par les Internautes : l'expérience de Nina Paley, dessinatrice et animatrice, et celle de la fondation Blender. Il s'applique à démontrer, à travers le témoignage de Lawrence Lessig (professeur de droit), que les faits de partager, diffuser et modifier auront toujours plus de bénéfices que ceux de voter des lois, prononcer des peines de prison ou couper l'accès à Internet."


Le film va etre mis en ligne pour partage sur le site ce jour.

sources : http://coagul.org/drupal/%C3%A9v%C3%A8nement/cin%C3%A9-d%C3%A9bat-copier-nest-pas-voler
« Modifié: 13 mai 2011 à 16:09:15 par Pixelartese »


Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
COAGUL - Cine debat - Copier, n'est pas volé
« Réponse #1 le: 13 mai 2011 à 15:42:21 »
L'annonce fut l'occasion d'echange avec Sylvain Champloix, avocat et Christophe Magick Ribot sur facebook
Je les en remercie.

Je me permets de recopier ici, pour vous inviter a participer au debat, donner votre point de vue.
A plusieurs, on croise...



CINE DEBAT - Copier n'est pas volé

Sylvain : Le film sera téléchargeable en peer-to-peer sous licence libre (légalement !) sur le site de l'association.

Sylvain : J'ai évoqué la problématique de rétribution des photographes aussi.

Nadine : oh, merci de ton soutien, le probleme est complexe, les photographes pro disparaissent, cela parait insoluble, merci

Christophe : Comme pour la musique, la solution des photographes passerait, selon une majorité, par les expos, la rencontre du public. Le reste devrait être donné.

Nadine : En fait, meme si sur le fond, les problematiques se ressemblent. La photographie ne peut etre comparer a la musique ou au cinema. Les principaux clients : e-commerce, medias, industries, particuliers ne veulent pas que leurs photos soient dans des expositions, mais qu'elles repondent à leurs demandes et besoins (en s'appuyant sur des cahiers de charges, excluant le plus souvent la diffusion hors leur denomination). Aucune societé privée ne peut regler salaires et charges en offrant ses services et/ou prestations, d'ou une large disparition. Le gratuit , des sourires ou des poignées de main, ne nourrissent tristement personne. Ensuite bien sur, il existe une categorie de photographies qu'il est possible d'exposer, travaux d'auteurs qui font notre bonheur et rever, mais ils attendent aussi qu'elles soient achetées ou bien elles auront été subventionnées, sans cela...
La photographie cherche son modele :-)


Christophe : Je ne suis pas d'accord avec toi Nadine, les problématiques sont les mêmes. Que ce soit au niveau de la réalisation, des commandes, de la production ou de la distribution. Personnellement je pense que l'on a actuellement le meilleur système. Je m'explique, l’œuvre est censé être protégé du seul fait de sa création, ensuite libre à son auteur de la rendre disponible avec telle ou telle licence, ou sans.

Un artiste qui veut être distribué, connu (ex l'artiste dans ce film), peut si elle le souhaite mettre ses oeuvre dans le domaine public autoriser l'exploitation, la distribution, etc. Comme pourrait le faire un photographe, un musicien. L'artiste, ou autre, peut aussi le faire pour d'autres raisons : projet financé par une entreprise, mécénat, etc.

Le système actuel permet de choisir simplement et facilement son modèle. Son modèle créatif comme son modèle économique.

Dans la mesure où aujourd'hui nous avons ce choix (je parle pour les créateurs), changer de modèle nous priverait de ce choix et donc de notre liberté de choisir.

Sylvain : Pas mieux. Mais je ne suis pas photographe.

Nadine : A propos du modele, sur le papier, je suis aussi d'accord avec vous,l'actuel est parfait..Mais il ne marche plus aujourd'hui , meme pour les reporters, createurs qui voient tous les jours leurs photos diffusées sans leurs accords et/ou contre remuneration, (pour ceux qui l'auront decidé ainsi). La liberté et le choix des auteurs ne sont donc plus respectés. A l'echelon mondial ou meme national, difficile pour eux de "fliquer" le web, engager des procedures contre les administrations etc. Dans le monde de l'image, un photographe ferme par jour en France, des milliers d'auteurs en 10 ans, les photojournalistes, corresponds locaux etc.
C'est le terrain et la realité...
La societé a evolué, nous sommes en pleine ere de l'image, encore un cran meme ce mois (on voit combien les images de Fukushima, ou la photo de Ben Laden ont du poids sur l'humanité)

Christophe, Sylvain merci de votre soutien..
Les photographes cherchent, croiser les points de vue de tous est riche d'enseignement.
Tres interressant, les oeuvres devraient etre financées par des mecenats ou l'Etat. Une voie a explorer..

Les photographes iraient donc rejoindre le monde de la Culture, que l'on sait pertinement a perte, mais maintenu au titre du patrimoine national.
Les photographes devant offrir leurs prestations a tous public seraient alors des fonctionnaires. Ou bien pour ne pas degrever  les finances publiques, les entreprises, particuliers, paieraient à une caisse , un organisme ce nouveau service de l'etat, lorsqu'ils en ont le besoin ?
Un peu ce qui se passe aujourd'hui a une autre echelle, nombre de photographes vivent avec le RSA ou le chomage, ou ne declarent pas leurs activités, ou l'exercent le wk en parralele avec un autre metier, faute de ne pouvoir en vivre.

L'etendre au niveau mondial, mais de facon plus honorable, une maison de la photo ? :-) )

Je pense que les solutions passeront par un mix" nouvelles technologies/droits", outils s'adaptant a la demande mondiale.

Il est important de maintenir la creativité  et l'information via le langage universel que constitue l'image pour toute la communauté.
Nous en avons l'exemple, qu'elles soient archives, les oeuvres nous temoignent d'une epoque ou de faits, depuis la nuit des temps.. Lorsque la censure tombe, elles restent avec les dessins,  les derniers elements...
La photographie depasse les problematiques de la musique ou du cinema, on l'a dit artistique, elle est aussi vitale pour nombres de citoyens. Quand elle n'atteint pas des decisions geopolitiques..
pas facile..


Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Oud_s

  • 160 Iso
  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 3195
  • Sexe: Homme
    • Oud's (The)
COAGUL - Cine debat - Copier, n'est pas volé
« Réponse #2 le: 13 mai 2011 à 16:09:37 »
ça triche sec pour défendre ses projets ... Parfois le monde du web est déconnecté de la réalité quand même.

Les gens confondent totalement les notions de production (dans le sens mettre les moyens pour créer) avec les notions de diffusion. Rajoutez une once de code la proporiété intellectuelle, et tous ces beaux sentiments volent en éclat.

Le fait de choisir de faire diffuser ses créations revient à l'auteur (dans le sens le créateur). En France. En Europe. Et dans une quarantaine de pays en dehors.

Déterminer une valeur marchande d'un produit culturel devient tabou ... dès que l'on est indépendant et quel qu'en soit le domaine. Si l'on est un groupe ou une firme, on impose un modèle économique, on se sert d'un prétexte (le web) pour retourner la loi en forçant un usage et en l'imposant. Un groupe de presse par exemple essaie de se faire un stock image-vide gratos, un autre a voulu associer son titre phare à un microstock !!! (Et le titre en question joue la pucelle effarouchée maintenant, à propos de cette histoire).

Fotolia a demandé le label hadopi, et ils vont l'avoir. Ce sont nos politiques qui ont laissé faire ça, avec l'inertie des syndicats et certaines pratiques douteuses de certains photographes. Même soucis dans la vidéo !!! Les fabricants, consortiums et autres groupes ont su s'adapter  eux, vu que ce sont eux qui ont tout retourné. A coup de DR et autre pillage.

Et là dessus de gentils "web-photographes", "web-vidéastes" qui s'amusent à vous faire la morale, à vous donner des explications techniques et juridiques farfelues. A vous parler du libre pour vous dire que le libre est un buisness basé sur de l'immatériel, alors qu'une image ou une video, un logiciel ne le sont pas, quelque soit son support et son origine, mais un résultat fini, du travail !!! Ce sont eux qui se font manipuler et qui font des dégats. Et ils en rajoutent une couche encore ...

M**** combien y'a t-il de photographes francophones ayant une vraie compétence dans ces deux domaines que sont le web et la photo ? Une seule à ma connaissance, une certaine Nadine.




Un doubleur fait perdre quatre demi-valeurs de diaphragme. C'était un moment de gloriole en différé.

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
COAGUL - Cine debat - Copier, n'est pas voler
« Réponse #3 le: 14 mai 2011 à 01:14:21 »
 :-[ :-[ merci Ouds..

Un appel a tous, que l'on soit photographe ou dans l'informatique, le droit , la comptabilité, le social...etc..
toutes les idées ou soutiens sont les bienvenus..

On cherche le modele economique  8)
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
COAGUL - Cine debat - Copier, n'est pas voler
« Réponse #4 le: 14 mai 2011 à 01:23:07 »
Le film n'est pas encore en ligne, on attends  ;) ;) ;)

suite de l'echange sur FB


christophe : "Tres interressant, les oeuvres devraient etre financées par des mecenats ou l'Etat. Une voie a explorer.." Je n'ai pas dit ça. Simplement certains artistes sont "financés" par des fondations, entreprises, etc pour fournir une création. Dans ce cas elle pourrait être "libre".

Je reste pour ma part adepte du système actuel, même avec ses "lacunes" dû aux nouveaux usages.


nadine : Les rares artistes qui sont dans ce cas, exemple Yann Arthus Bertrand, mettent souvent leurs oeuvres en libre.
HOME : (L'auteur de la vidéo refuse les intégrations externes)

D'autres le font pour la communauté, sans avoir eté remuneré, mais parceque nous leur devons, ils auront marqué l'Histoire de la photographie :
 mes photos sur Wikipedia :

Valerie Boyer :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Val%C3%A9rie_Boyer

Serge Crasnianski (photo et fiche fr)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_Crasnianski

J'ai une immense peine pour ce grand homme, Robert Louis Dreyfus, tristesse, mais je n'en ai pas sa photo..
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Louis-Dreyfus

On voit ici les limites et les lacunes, pas les photos qui doivent manquer, mais il faut aussi vivre...
« Modifié: 14 mai 2011 à 01:43:07 par Pixelartese »
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Oud_s

  • 160 Iso
  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 3195
  • Sexe: Homme
    • Oud's (The)
COAGUL - Cine debat - Copier, n'est pas voler
« Réponse #5 le: 14 mai 2011 à 02:37:37 »
Vi vi. Anti hadopi convaincu (complètement idiot comme système, et à la masse), je n'ai rien contre les copies, des gens ont quelques photos que j'ai réalisé et offert avec plaisir pour leur usage personnel.

Mais M**** il faut savoir que j'ai retrouvé une de mes photos offerte sur des affiches de transport public !!! ça date de 2007 !!! Et que ça s'est terminé à l'amiable, après la lettre de mon avocate. Là il ne faut pas pousser quand même. Et c'était deux par bus ... d'une assez grande agglomération.

Je ne blame pas les particuliers d'utiliser pour eux une photo trouvée, mais tous ces pseudos "pros du net" qui enfoncent et attaque les créateurs qui ne sont pas en accord avec eux. Ce sont les investisseurs qui en profitent au final. Et qui font du lobiying pour casser ce droit de ne pas faire le choix de la libre diffusion.

Un graphiste m'a fait un chantage au micro-stocks pour faire la promo de son travail avec mes photos. Sans autorisation. Avec du matériel d'un client commun.

Une facture triplée, une capture d'écran et une menace d'huissier de justice par mail l'ont fait retirer ces images.

Il avait mes coordonnées (je lui avais ransmis les photos pour le compte du client), il passait simplement un coup de fil, je lui envoyais mon logo et il mettait un crédit, on était gagnant tous les deux (et même 3 puisque le client gagnait 2 supports). Là il s'est foutu de moi, assis sur le CPI. Et fait en plus un chantage aux micro-stocks. Et c'est un pro !!! Donc il connait la musique.

Les boites de coms : venez travailler gratuitement, ça vous fera votre pub, les fichiers en hd hein ? ... Bien sur ...


Et après on vient expliquer que copier n'est pas voler ... Je rêve là.

Le libre est un buisness model.Dans le but de répartir le cout (en heure et savoir-faire) de dévellopement, et de maintenance de logiciels, de formats, et effectivement vecteur d'échange. ça fonctionne très bien (voir mes fils sur linux etc etc que j'encourage à utiliser).

Copier un logiciel libre, l'améliorer, dévelloper une application, permet de  vendre sa compétence et ses recherches !!! Les systèmes de licence libre mentionnent pour la plupart les auteurs.
 C'est d'ailleurs encore un gros débat en cours au sein de la communauté du libre.

 Ben en photo c'est pareil : donner une photo pour faire plaisir ne pose pas soucis. La retrouver dans un usage purement commercial alors qu'elle a été donnée, c'est du vol. Et le voleur le sait parfaitement.

Enfin, je vois venir les petits malins, qui vont me dire qu'on peut tout faire en photo sous linux avec le libre. C'est faux pour un pro : le meilleur logiciel de gestion des raws sur linux est bibble, qui n'est ni libre ni gratuit. Un RIP pour imprimante a un cout, même avec l'utilisation des cups et autres équivalents.

Opensuse par exemple est une version béta grand public d'un os pro qui s'apelle suse linux entreprise,  unbuntu pareil : canonical fournit une version pro, avec un service adapté aux besoins des entreprises en matière de stabilité et de comptabilité multi os. Pareil pour firefox/mozilla et plein d'autres.

Bref, ne pas tout mélanger, se rappeler que c'est toujours l'auteur d'une photo/video/musique qui en est le propriétaire, contrairement au "libre" software, qui décide de ses diffusions et des limites, et qu'il est le seul à même de décider des usages.

Amitiés




« Modifié: 14 mai 2011 à 16:12:44 par Oud_s »
Un doubleur fait perdre quatre demi-valeurs de diaphragme. C'était un moment de gloriole en différé.

Bookmark and Share