Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Connexion avec Facebook

A A A A
Auteur Sujet: Le docu-débat : Van der Hoff, le père du café équitable  (Lu 2141 fois)

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Le docu-débat : Van der Hoff, le père du café équitable


La chaîne parlementaire Public Sénat propose un documentaire   exceptionnel et inédit, intitulé " Van de Hoff, le père du commerce   équitable ".
     
Fondateur du commerce équitable et notamment du label « Max Havelaar »,   Franz Van der Hoff, prête hollandais de 71 ans, vit depuis une   trentaine d'années au milieu d'une communauté d'Indiens producteurs de   café, dans les montagnes du sud du Mexique.
     
Docteur en théologie et en politique économique, prêtre ouvrier au   Chili, combattant du commerce équitable, défenseur des petits paysans   mexicains, Franz Van der Hoff n'a cessé de lutter pour construire un   monde plus juste et plus solidaire.
     
un documentaire d'Alexandre Fronty et Nicolas Ubelmann coproduit par   Zoulou Cie, Staraya Films, le CFRT et Public Sénat (52'), 2010.
     
Le documentaire sera suivi d'un débat animé par Elise Lucet sur le thème du commerce équitable.
     
INVITES :
     - Christian Jacob, député de Seine-et-Marne et président de la commission du développement durable à l'Assemblée nationale
     - Alexandre Fronty, coréalisateur du documentaire " Van der Hoff, père du café équitable "
     - Joaquim Munoz, président de " Max Havelaar "
     - Thierry Sanier, délégué général CLCV (association de consommateurs)
     - Frédéric Karpyta, journaliste et auteur de " La face cachée du commerce équitable "

voir la VIDEO ICI
 : http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/docu-debat-van-der-hoff-pere-cafe-equitable-26215

SOURCE : PUBLIC SENAT
2010




AVIS : Ce  magnifique reportage est (re)passé ce matin sur Public Senat, puissons  nous voir cette volonté de soutenir les petits producteurs, s'instaurer  tres vite et s'etendre a tous les produits, fruits de leur travail que  nous consommons.
 

Une video sur Dailymotion sur Van der Hoff
Van Der Hoff: le père du café équitable
« Modifié: 09 janvier 2011 à 12:57:34 par Pixelartese »


Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Le docu-débat : Van der Hoff, le père du café équitable
« Réponse #1 le: 09 janvier 2011 à 12:57:10 »
Le Livre de Van der Hoff
Nous ferons un monde équitable
[Broché]               
Francisco Van der Hoff (Auteur), Malthide Munoz (Auteur), Aymeric Mantoux (Auteur), Erick Bonnier (Photographies), Sandrine Lamotte (Traduction)




Présentation de l'éditeur       

Rêver, mais les yeux grands ouverts : telle semble la première   devise de Francisco Van der Hoff. La seconde serait : protester, mais   aussi proposer ! Proposer une alternative économique qui défie le modèle   néolibéral et qui a commencé de faire ses preuves : un marché juste et   solidaire, des produits de haute qualité, des modes de culture   respectueux de l'environnement. Soit le commerce équitable, qui procède   d'une " alliance " entre petits producteurs des pays du Sud et   consommateurs du Nord, et dont les règles commerciales ne lèsent   personne. Une révolution pacifique, initiée voilà plus de vingt ans au   Mexique par Francisco Van der Hoff, qui lutte aux côtés des petits   producteurs. Le commerce équitable n'est pas une utopie. Aujourd'hui,   c'est un marché en expansion qui remet en question le système dominant   où il n'existe en réalité ni relations démocratiques ni économie   durable. Sans surprise, la réponse des multinationales n'a pas tardé :   elles essaient de semer la confusion en proposant des labels " éthiques   ", des produits prétendument issus d'une agriculture durable. D'où   l'inquiétude de Francisco Van der Hoff : " II faut bien voir que ce que   les multinationales labellisent "durable" ne l'est ni pour le producteur   ni pour la terre. Et le consommateur dans tout cela ? Il pourrait   s'égarer et se sentir floué. Je n'ai pas la prétention de résoudre tous   les problèmes, mais je peux donner à chacun des éléments d'appréciation.   Comment ? En exprimant le point de vue de celui qui vit l'aventure du   commerce équitable depuis ses débuts et qui travaille en tant que petit   producteur parmi les petits producteurs. "                       
Biographie de l'auteur
       
Âgé de 65 ans, prêtre-ouvrier, Francisco Van der Hoff, qui vit   depuis une trentaine d'années au Mexique, est à l'origine d'une des   initiatives les plus novatrices du monde économique. Docteur en   théologie et en économie politique, il est notamment l'auteur de   L'Aventure du commerce équitable (avec Nico Roozen, Lattès, 2002).


                                                                                                                                                                                                                                                         
[/b]

                Détails sur le produit                 
  • Broché: 186 pages
  • Editeur : Flammarion (2 mai 2005)
  • Collection : DIVERS SCIENCES
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2082104990
  • ISBN-13: 978-2082104999

SOURCE / Vente Sur AMAZON : http://www.amazon.fr/Nous-ferons-monde-%C3%A9quitable-Francisco/dp/2082104990
« Modifié: 08 février 2011 à 11:44:35 par Pixelartese »
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Le docu-débat : Van der Hoff, le père du café équitable
« Réponse #2 le: 08 février 2011 à 11:43:42 »
PROPOSITION DE LOI DE Philippe VIGIER
28/01/2011
« traçabilité sociale » Philippe VIGIER député

ASSEMBLEE NATIONALE
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
TREIZIEME LEGISLATURE
PROPOSITION DE LOI
visant à l’instauration d’un label « traçabilité sociale »
présentée par Monsieur Philippe VIGIER
député
EXPOSE DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Dans un contexte de mondialisation croissante de l’économie et des échanges commerciaux, les  entreprises  françaises  livrent  une  compétition  à  armes  inégales  avec  leurs  nombreux concurrents étrangers.   En  effet,  et  principalement  en  raison  du  refus  de  l’Organisation  mondiale  du  commerce (OMC) de prendre en compte la dimension humaine et sociale dans l’évaluation des règles de concurrence  au  sein  du  commerce  international,  ce  sont  les  producteurs  de  produits  et  de services  les  moins  sociaux  qui  bénéficient  d’un  net  avantage  sur  l’ensemble  de  leurs concurrents  respectueux  des  normes  sociales  fondamentales  –  à  savoir  celles  reconnues  par l’Organisation internationale du travail (OIT) : le non travail des enfants, le droit à un salaire décent,  la  liberté  syndicale,  ou  encore  le  droit  à  bénéficier  d’un  véritable  système  de protection sociale.

Cette  distorsion  de  concurrence  permanente  entre  les  entreprises  respectueuses  de  leurs salariés, et celles qui ne le sont pas, affaiblit notre économie, alors même que la France peine à sortir d’une longue période de crise économique et financière.  Il semble par conséquent urgent et nécessaire d’accentuer la prise en compte du respect des normes fondamentales édictées par l’OIT par les acteurs du commerce mondial, au premier rang desquels figurent les entreprises.  Il y a plus d’un an déjà, l’article 54 de la loi dite « Grenelle 1 » du 3 août 2009, consacrait la nécessité de développer une labellisation sociale sur les produits et services, parallèlement à l’amélioration de l’information environnementale : « La mention des impacts environnementaux  des  produits  et  des  offres  de  prestation  de  services  en  complément  de l’affichage de leur prix sera progressivement développée […] tout comme l’affichage et la mise à disposition, sur les lieux et sites de vente, de leur traçabilité et des conditions sociales de leur production ». 
Plus  récemment,  le  secrétaire  d’Etat  chargé  des  affaires  européennes,  M.  Pierre  Lellouche, déclarait  au  mois  de  janvier  2010  devant  la  commission  des  affaires  européennes  de l’Assemblée nationale : « Je suis en train de recevoir les syndicats, pour travailler à mieux défendre  nos  travailleurs  dans  la  machine  européenne.  Certaines  de  leurs  idées  méritent d’être  reprises,  comme  celle  de  la  traçabilité  sociale.  Reste  à  la  concrétiser  afin  que l’Europe  ne  puisse  plus  être  inondée  de  produits  fabriqués  par  des enfants  ou  des détenus ».  Enfin, le Président de la République a indiqué que la France souhaitait travailler à la mise en place d'un socle de protection sociale universel au niveau international dans le cadre du G20 : « La France souhaite que nous réfléchissions à la mise en place d'un socle de protection sociale universel ».

Cette évolution vers plus de « transparence sociale », souhaitée par de nombreux décideurs politiques, ne s’est pas encore accompagnée de dispositions spécifiques sur la traçabilité – à l’exception de celles qui s’appliquent à quelques produits alimentaires.   Il  convient  donc de  mettre  en  œuvre  une  information  spécifique  du  consommateur français qui, à ce jour, lorsqu’il effectue un achat, n’est pas en mesure d’arbitrer entre le prix d’un  produit,  et  le  respect  ou  non  des  droits  des  salariés  ayant  conçu,  fabriqué,  et commercialisé ce même produit.   A cet effet, la création d’un label ad hoc (intitulé label  « traçabilité sociale »), identifié par exemple  par  une  pastille  de  couleur  sur  les  produits, garantirait à l’acheteur qu’un certain nombre de normes fondamentales ont été respectées : non travail des enfants ; salaire décent ; système de protection sociale en cas d’accident ou de maladie ; système de retraites ; liberté syndicale,  etc.  Un  produit  ou  une  marque  ainsi  labellisée  verrait  son  image fortement revalorisée,  et  devrait  conquérir  de  nouvelles  parts  de  marché,  car  des  études  montrent qu’aujourd’hui, les Français tiennent compte, lors de leurs achats, des engagements pris par les entreprises en matière de citoyenneté. 

La  présente  proposition  de  loi  a  donc  pour  but  d’encourager  et  de  faire  reconnaître  les entreprises qui, au lieu de fermer les yeux sur le respect des normes sociales fondamentales, prennent au contraire la peine de le garantir, en instaurant un label « traçabilité sociale ». 

sources : http://nouveaucentreducher.typepad.com/blog/2011/01/-tra%C3%A7abilit%C3%A9-sociale-philippe-vigier-d%C3%A9put%C3%A9.html
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Le docu-débat : Van der Hoff, le père du café équitable
« Réponse #3 le: 08 février 2011 à 11:49:00 »
Elle vient soutenir le pretre Van der Hoff !!
La proposition de loi du deputé Philippe VIGIER visant a instaurer un label de "tracabilité sociale" est une belle pierre à l'édifice...  bravoo
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne ReflexNumerick

  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 2119
  • Sexe: Homme
  • ReflexNumerick
    • ReflexNumerick, LE BLOG
Re : Le docu-débat : Van der Hoff, le père du café équitable
« Réponse #4 le: 08 février 2011 à 12:56:47 »
Hello !

je n'ai pas trop d'opinion sur ce phénomène social qui, à mon avis, tend à remplacer en les diluant les valeurs de "fraternité", "entraide", "échanges"..., mais bon ! ce que je constate c'est que le "commerce équitable" et le "marché social" sont complètement intégrés dans le process marketing de la grande distribution et des groupes financiers en général. Avec le "bio", c'est devenu des marchés juteux qui permettent de récupérer la baisse de consommation pour les produits alimentaires. Que penser de ça ?  ;)
« Modifié: 08 février 2011 à 18:26:48 par ReflexNumerick »
LE BLOG MIS A JOUR ...03 février 2013

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Le docu-débat : Van der Hoff, le père du café équitable
« Réponse #5 le: 08 février 2011 à 21:08:05 »
Les produits respectant les regles du commerce equitable devraient etre les biens que nous consommons...
Les industriels achetent et proposent ce qu'ils trouvent sur le marché mondial, si tous les produits au fur et a mesure sont fabriqués selon des labels et collent aux droits de l'homme,
ils ne seront plus commerce equitable, des exceptions, mais une normalisation, automatiquement les prix baisseront.

Les industriels s'interressent à ces regles, si le produit est limite, ou pire dangereux pour les personnes qui les fabriquent, de moins en moins les affaires sont etouffées..
Ils prennent a leur tour, tres au serieux les conditions de travail, les risques sanitaires ou civils si certains par ethiques, d'autres car pouvant entacher leurs images ou entrainer leurs responsabilités

IKEA , Van der Hoff furent les precurseurs... Souhaitons qu'ils soient suivi par tous, espoir et grand defi pour aider les pays en voie de developpements en tous respects.
Soit donc normal que les pros de la grande distribution ou de la finance s'y interressent..

Les marges sont encore hautes, car les produits exigent plus de techniques et moyens, si une pastille rouge est collée sur le produit
et que surtout (car apres c'est la ou l'on peut jouer un role) nous nous mettons tous a acheter ceux étiquetés ainsi..
la methode IKEA appliquée à l'alimentation ?
Le mega succes..  :D :D

perso, s'il y est, je n'achete que le café du commerce equitable, il n'est pas plus cher et  meilleur que ceux des grandes marques  :D :D ;)
tristement, on a du mal a les reconnaitre dans les rayons, un pictogramme ?  une tres bonne idée, me semble t'il aussi..
Appel a l'image  ;)
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Hors ligne ReflexNumerick

  • 1600 Iso
  • *
  • Messages: 2119
  • Sexe: Homme
  • ReflexNumerick
    • ReflexNumerick, LE BLOG
Re : Le docu-débat : Van der Hoff, le père du café équitable
« Réponse #6 le: 08 février 2011 à 23:44:02 »
En fait, les produits "commerce équitable" bénéficient de la même chaine de distribution que les autres produits mais les producteurs touchent à peine plus que les producteurs "classiques", c'est à dire que les grands bénéficiaires sont encore une fois les intermédiaires ... sans compter que beaucoup d'associations distribuent ces produits en faisant une concurrence déloyale dans les pays consommateurs .... dans les assos les charges ne sont pas les mêmes et beaucoup de bénévolat.
Disons aussi, car sinon Nad va avoir le monopole sur cette discut'  :-[ :-[ :-[ :-[, que ce commerce équitable crée des dysfonctionnements locaux : il tend à faire disparaître la production traditionnelle au profit de "monos" productions un peu mieux payées mais surtout mieux diffusées ...des pans entiers de savoirs traditionnels disparaissent.  :'(

Nad, c'est juste pour débattre, hein !  36_3_11 bisousss

Promis j'arrête, p'tain j'suis photographe pas politique  :icon_mrgreen: :icon_mrgreen: :icon_mrgreen:
LE BLOG MIS A JOUR ...03 février 2013

Hors ligne Pixelartese

  • Nad13 FotoGraph
  • Administrateur
  • 6400 Iso
  • *
  • Messages: 12835
    • www.photomaltese.com
Re : Le docu-débat : Van der Hoff, le père du café équitable
« Réponse #7 le: 09 février 2011 à 01:20:10 »
Pat, lollll merci de la petite conversation  :D
on est des photographes, pas des politiques, puissons nous profiter de cette liberté
de vision des choses differentes,
c'est bien cela notre avantage

tu as parfaitement raison, on ne peut couper aux systemes de la grande distribution, ils ont tous les moyens
les observer et mettre la pression de par nos achats modestement..

Les grands beneficiaires sont les intermediaires, le business autour, entrainant perte de savoir faire, snifff...
d'un autre coté, comment faire reculer le travail des enfants, permettre et encourager l'apprentissage, si difficile questions..  :'( :'(
une culture bien maitrisée, plutot que 3, mais qui fait vivre le village ?

Certains ont quasi rien, l'eau est arrivé chez eux grace a ce circuit et ces initiatives
elles sont loins d'etre parfaites, mais les controles iront en en augmentant si le ca d'affaire lui aussi augmente..
d'un culture, ensuite 2, puis 3, puis comme chez nous par dizaine...

Rien ne se perd.. faut esperer...
coté dysfonctionnement, la aussi, les producteurs ont compris les interets des industriels..
ils dictent les loi du marché, c'est la ou il faut une tracabilité afin que les petits ne se retrouvent pas bouffés des siecles encore...

La grande distribution souffre avec le ecommerce, carrouf se mets a faire des carref market comme les petits casion, des livraisons par le web explosent...
un jour les petits producteurs vendront en direct.... peut etre dans 20 ou 50 ans, mais je pense que l'on est sur une bonne voie
apres peut etre suis je trop optimiste...

je croise les doigts
 :-* :-*
« Modifié: 09 février 2011 à 10:32:14 par Pixelartese »
Nadine Maltese - Photographe Webmaster -  Fondateur de Pixelartese - Portail Arts Plastiques - Nouvelles technologies
   LA NETIQUETTE             COMMENT POSTER VOS PHOTOS 

Bookmark and Share